ABB lance ses variateurs universels

Destiné à remplacer la famille ACS 800, l’ACS 880 est compatible avec tous les secteurs, tous les moteurs, tous les environnements et toutes les entreprises.

 

On vous en parlait, en avant-première, dans un précédent numéro de Jautomatise réalisé en partenariat avec la webTV Manufacturing.fr ; cette fois, la nouvelle génération de variateurs basse tension d’ABB est prête à aller remplacer toute la famille des ACS 800 sur le terrain. Et il y a fort à faire car ce sont plus d’une centaine de milliers d’exemplaires qui sont installés sur l’ensemble du globe !

 

Tous les secteurs, tous les moteurs

La particularité de ces  variateurs inédits ? « Ils sont 100% compatibles, pour répondre aux exigences des différents utilisateurs, procédés, activités, tout en protégeant l’environnement », répond Philippe Brem, directeur de l’activité vitesse variable basse tension au sein de la division Discrete Automation & Motion d’ABB. On retrouvera donc ces ACS 880 dans l’industrie pétrolière, les mines et carrières, la chimie, la production d’énergie, la manutention, le bois, la marine, mais aussi dans les bâtiments, en version armoire ou support mural. Ils sont en outre compatibles avec tous types de moteurs : asynchrone à cage, synchrone à aimants permanents, et même à reluctance variable, comme la future gamme de moteurs haut-rendement d’ABB.

 

Faire simple

Pour séduire tous azimuts, le constructeur a surtout misé sur la simplicité d’utilisation. Quel que soit leur type et leur taille, les ACS 880 emploient ainsi une microconsole amovible que l’on connecte à un PC via une prise USB standard.  A l’aide du logiciel gratuit Drive Composer Entry ou de sa version pro, l’utilisateur pourra configurer son variateur, mais aussi les affichages qu’il souhaite. Les deux logiciels offrent en outre la possibilité de générer, via une commande unique, un fichier de configuration complet de l’appareil, très utile pour communiquer avec une hotline en cas de difficulté. A noter, il est aussi possible d’utiliser Codesys pour programmer ses variateurs.

Côté matériel, la version standard est dotée de la technologie de contrôle direct de couple (DTC), d’une liaison intervariateurs intégrée, ou encore de la fonction de sécurité Safe Torque-Off (STO), et peut accueillir, en option, trois modules complémentaires pour la connexion aux bus de terrain, l’ajout d’entrées-sorties supplémentaires ou un retour de capteur de vitesse. Des atouts qui permettent, pour des configurations simples, d’éviter l’usage d’un automate. Précision importante « les modules ajoutés de modifient pas l’encombrement des variateurs », note Philippe Brem. Enfin, une unité-mémoire amovible stocke le logiciel de base et tous les paramètres.

 

Une  gamme large

Destinée à être encore complétée, la gamme disponible s’étend de 0,55 à 250kW, pour des tensions de 380 à 500V triphasé, et bientôt jusqu’à 690V. Les versions en coffrets pour montage mural (les ACS880-01) sont déclinées en neuf tailles (R1 à R9) de 0,55 à 250kW, avec un degré de protection IP21. Les versions en armoires complètes (les ACS880-07) couvrent une plage de de 55 à 250kW, avec un degré de protection IP22 en standard, IP42 ou IP54 en option. Et les afficionados des ACS 800 peuvent se rassurer : « ils seront encore disponible en 2013 », assure Philipe Brem.