BoschRexroth vous ouvre son cœur

Avec sa technologie Open Core Engineering, l’Allemand crée un pont entre les mondes des automatismes et de l’informatique pour communiquer avec les composants de la marque sans outil particulier.

 

Voilà un fournisseur qui fait preuve d’ouverture ! Jusqu’à présent, quand vous vouliez interroger ou piloter un composant Bosch Rexroth sur une ligne automatisée, vous aviez plusieurs solutions à votre disposition : vous connecter dessus avec un PC doté de l’application maison adéquate, passer par la supervision ou par une solution de télémaintenance. Pas évident pour le non-initié, en particulier pour les informaticiens à qui l’on demande de plus en plus de remonter des informations du terrain. Avec Open Core Engineering, l’Allemand leur propose de faire beaucoup plus simple : manipuler directement dans leurs programmes, écrites dans leur langage habituel, les informations issues des composants industriels (moteur automate, capteur, variateur…), sans connaissances particulières en automatismes.

 

Une passerelle

« Open Core Engineering se comporte comme un hub, une passerelle qui permet aux mondes de l’informatique et de l’automatisme de communiquer », explique Thierry Jules-Rosette, ingénieur d’application chez Bosch Rexroth. Toutes les variables utilisées par tout composant présent sur le réseau de l’entreprise peuvent être partagées à distance. Il suffit pour cela d’adhérer au service Open Core Egineering et de les déclarer accessibles pour en contrôler l’emploi (en lecture seule ou en lecture/écriture, selon des droits d’accès déterminés). Ensuite, tout appel d’une variable (une température moteur par exemple) depuis l’interface développée par l’utilisateur final, quelle que soit sa plateforme (PC, tablette, smartphone, etc.), quel que soit son système d’exploitation (iOS, Android, Windows…) et quel que soit le langage de programmation utilisé, dirigera, via une zone Open Core Engineering, à la bonne variable sur le composant correspondant. Et cela sans limite de nombre.

Les applications potentielles de cette technologie sont nombreuses. A commencer par la maintenance des équipements. « Il est possible par exemple d’être prévenu d’une panne ou lorsqu’une durée de fonctionnement prédéfinie est écoulée, commente Thierry Jules-Rosette. Lors du changement d’un moteur sur une ligne, en flashant le QRcode présent sur le composant, on peut aussi transférer toutes les nouvelles données nécessaires au paramétrage dans le variateur. »

Pour l’instant, l’informaticien doit programmer l’interface qu’il souhaite utiliser. Pour ouvrir davantage sa solution, Bosch Rexroth construit actuellement des librairies standard à télécharger, qui seront mises à la disposition des utilisateurs pour composer leurs interfaces plus simplement. La limite de l’Open Core Engineering ? Elle ne gère que les composants Bosch Rexroth. Si seulement tous les fabricants faisaient la même chose…