Cent millIons pour un campus de l’innovation

D’ici 2020, ABB fera construire un campus d’innovation et de formation ultramoderne dans la ville d’eggelsberg à proximité de salzbourg en Autriche, où se trouve le siège de la société B&r rachetée l’an passé. le montant de l’investissement qui est de 100 millions d’euros, est à la hauteur des promesses portées par la quatrième révolution industrielle en termes de croissance.


un an après avoir fait l’acquisition de la société autrichienne B&R, le groupe ABB issu en 1988 de la fusion de deux entreprises centenaires, réalise le plus important investissement de son histoire pour créer un campus d’innovation et de formation aux technologies d’automatisation qui devrait permettre de créer de l’ordre d’un millier d’emplois.

 

Ce centre névralgique développera des technologies pour l’usine du futur, basées sur la solution ABB Ability, qui regroupe une plateforme d’Internet industriel et une infrastructure cloud. Dans cette infrastructure, la production sera assurée de manière autonome par des machines et des robots intelligents connectés au cloud. Par cet investissement, ABB donne le coup d’envoi de sa stratégie Next Level, qui définit l’innovation comme un facteur clé de la croissance et de la rentabilité. Il faut souligner que le groupe ABB investit annuellement 1,4 milliard de dollars en recherche et développement et qu’il mobilise à ce titre environ 30 000 ingénieurs. De son côté, la société B&R emploie plus de 1 000 personnes dans la R&D et le développement d’applications. Le campus couvrira 35 000 m² et abritera nombre d’installations ultramodernes. On y trouvera des laboratoires de R&D qui développeront et testeront de nouvelles technologies d’automatisation comme des systèmes de contrôle industriel s’appuyant sur l’intelligence artificielle pour être capables d’autoapprentissage. C’est à l’Automation Academy que reviendra la lourde tâche de former tout à la fois les collaborateurs d’ABB et de B&R mais aussi, les partenaires et les clients, à la maîtrise de ces technologies de pointe qui pour l’essentiel sont au mieux encore dans les cartons.

Avec ce campus, le groupe qui se définit comme le deuxième fournisseur mondial de solutions d’automatisation industrielle, compte sur le développement de technologies de rupture, pour lui permettre de pénétrer encore mieux, un marché des machines industrielles, estimé à quelque 20 milliards de dollars.

« B&R a connu un excellent départ au sein d’ABB et a dépassé nos attentes. Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre bientôt notre objectif de chiffre d’affaires de plus de un milliard de dollars », a déclaré Ulrich Spiesshofer, Pdg d’ABB, lors d’une conférence de presse se déroulant Linz en présence du Chancelier fédéral autrichien, Sebastian Kurz. « Par cet engagement clair pour le développement du site d’Eggelsberg, ABB s’est imposé comme le leader du marché de l’automatisation en Autriche », a pour sa part, déclaré celui qui, à trente-et-un ans, est le plus jeune chef de gouvernement au monde, ajoutant, « fidèle à sa promesse, l’entreprise investit aujourd’hui en Autriche pour en faire une plateforme de développement internationale. C’est le coup d’envoi d’une offensive dans le secteur clé de la digitalisation industrielle. C’est aussi un nouvel élan pour la création d’emplois hautement qualifiés dans notre pays qui s’affirme ainsi en tant qu’acteur des technologies de pointe. »

« Le renforcement de nos bonnes relations avec les universités, les grandes écoles et les établissements de l’enseignement technique supérieur, fait partie de notre stratégie de recherche et d’innovation. De cette façon, nous pouvons accélérer notre croissance et étendre notre maîtrise technologique », a aussi déclaré Hans Wimmer, directeur général de B&R.