LE DANOIS MIR ACCÉLÈRE SA CROISSANCE

En 2017, la stratégie de croissance du fabricant danois Mobile Industrial Robots a été payante puisque son chiffre d’affaires a triplé pour atteindre 10 millions d’euros. Pour cette année, l’entreprise veut reproduire l’exercice presque à l’identique en visant un CA de 27 millions d’euros. Cet objectif nécessite un développement mondial plus soutenu et le recrutement de cinquante nouveaux collaborateurs.


Lorsque l’équipe de direction de Mobile Industrial Robots a dé les objectifs de l’entreprise pour 2017, elle plaçait la barre haut. Il s’agissait rien moins que de tripler le chiffre d’affaires trèsfini avec une ambition communiquée tant aux salariés qu’au public. Après confirmation des dernières commandes reçues en décembre, MiR peut se féliciter d’avoir atteint son but.

Fondée en 2013 par des professionnels de l’industrie robotique danoise, MiR développe et commercialise des robots mobiles destinés au transport interne de pièces, de composants et de consommables notamment, dans les secteurs de la fabrication et de la santé. MiR fournit des robots collaboratifs, sûrs et autonomes à des groupes industriels multinationaux et à des entreprises de taille moyenne. Les robots MiR effectuent des tâches de transport afin de libérer les employés pour qu’ils se consacrent à des activités plus utiles. MiR compte parmi ses clients des entreprises multinationales comme Honeywell, Kamstrup, Airbus, Flex et d’autres.

« Tout passe par l’étude du marché et l’analyse de ses évolutions, et nous avions déjà observé des tendances positives en 2016. Mais nous visions très haut, vers des sommets que nous savions hors d’atteinte. Pour nous, il était surtout question d’établir une stratégie précise, qui nous garantirait des résultats tant au niveau du développement que de la production et des ventes. J’ai l’habitude de dire que MiR peut accomplir en trois mois ce que les autres entreprises réalisent en trois ans. Le rythme de croissance de l’organisation et du chiffre d’affaires reflète bien notre cadence de travail », a déclaré Thomas Visti, Pdg de l’entreprise.

La croissance de MiR en 2017 est principalement due aux commandes émanant des multinationales qui, après avoir testé et analysé les possibilités offertes par les MiR100 et MiR200 dans leur production, reviennent avec des commandes plus importantes pour développer leurs flottes de robots mobiles.

Ce statut de leader a été confirmé par Frank Tobe, spécialiste américain de l’industrie robotique chez Robo Global : « l’essor rapide de MiR fait écho à une autre tendance, celle des entreprises utilisant des appareils mobiles point-à-point au lieu d’un système de tractage. MiR n’est pas la seule entreprise à profiter d’une croissance importante. D’autres fournisseurs enregistrent aussi des ventes supérieures aux prévisions. » Mais l’ascension de MiR s’appuie aussi sur une solution qui a fait ses preuves : un véritable réseau international de distributeurs et d’intégrateurs, développé par le Pdg Thomas Visti quand il travaillait pour Universal Robots. « Cela a fait décoller les ventes mondiales de MiR auprès de distributeurs qui font confiance à l’entreprise puisqu’ils savent qu’elle leur fournira un produit bien conçu et adapté. Enfin, MiR a découvert et a su exploiter un marché de niche avec des industriels souhaitant profiter de l’optimisation des flux qu’apportent des livraisons locales au sein de leurs installations via des solutions robotiques mobiles », a encore indiqué Frank Tobe.

CAP SUR LES ETATSUNIS ET L’EUROPE DU SUD

MIR est maintenant en pleine phase d’optimisation de l’efficacité de ses processus et systèmes logistiques. L’entreprise s’emploie actuellement à doubler la taille de son siège à Odense au Danemark, ainsi qu’à développer le vaste centre de formation technique et d’essai qui a été mis en service en 2017. Pour que MiR concrétise ses ambitieux objectifs de croissance, il lui faut plus de main d’œuvre et d’espace. Résultat, les effectifs ont plus que doublé en 2017, passant de moins de trente à soixante salariés. Cette année, ce sont encore cinquante collaborateurs supplémentaires qui devraient agrandir les rangs de l’entreprise.

En 2017, un quart des livraisons de MiR étaient destinées à l’industrie des EtatsUnis, tandis que les marchés allemand et chinois représentaient respectivement 20 % et 15 % des livraisons. En Europe du Sud, MiR a réalisé 18 % de ses ventes et établi un bureau régional à Barcelone. L’entreprise voit de nombreuses sociétés multinationales commencer à utiliser ses robots en Espagne, en Italie et en France, avant de les implémenter ensuite dans d’autres pays. MiR a donc également prévu d’embaucher plus de personnes au sein de ses départements des ventes et du support technique en France, en Italie et en Espagne, dans le but d’offrir un service plus local à ses clients finaux et à ses distributeurs qui en France sont Sysaxes et HMI-MBS.

UN POTENTIEL CONSIDÉRABLE, MAIS NON EXPLOITÉ

MIR investit massivement dans le développement de ses produits et de son organisation afin de conserver sa position de leader du marché. Si le marché des robots mobiles n’en est encore qu’à ses débuts, il devrait connaître une véritable explosion dans les deux prochaines années. Cette évolution est notamment en phase avec la découverte par un grand nombre d’entreprises, des possibilités offertes par les robots mobiles dans le cadre de l’automatisation des transports internes.

Les progrès majeurs de MiR l’an passé s’expliquent aussi par le lancement du modèle MiR200 au printemps. Il s’agit d’un robot capable de soulever 200 kg et de tirer 500 kg et ce, tout en répondant aux exigences de sécurité relatives à la décharge électrostatique. En outre, il est homologué pour un usage en salle blanche. « Le MiR200 a été bien accueilli par les acteurs du marché et représente une part importante de nos ventes. Il répond à des besoins évidents du secteur, et accroît le nombre d’applications potentielles. De plus, nous avons lancé une nouvelle interface conviviale pour nos robots. Même les salariés sans expérience en matière de programmation peuvent s’en servir. Cela facilite grandement l’introduction et l’utilisation des robots pour nos clients », précise Thomas Visti.