Demain peinard

Chez Moeller, l'industrie devrait revenir en tête des ventes avec le projet Darwin qui se veut le lien entre tous les produits de la société, qu'il s'agisse des modules logiques, des détecteurs et interrupteurs ou des terminaux automates. Pour le groupe Moeller, l'industrie représente 60% des ventes, les 40 % restant se répartissent dans le domaine tertiaire et résidentiel. Une proportion inversée sur le sol français dominé par le Bâtiment. Mais l'industrie devrait revenir en tête avec la mise sur le marché des développements réalisés avec le projet Darwin. Darwin, est en quelque sorte le lien entre tous les produits de la société, qu'il s'agisse des modules logiques Easy Relay de la gamme xControl, les détecteurs et interrupteurs des xCommand ou les terminaux automates de l'xSystem. Sous le nom du biologiste britannique, spécialiste de l'évolution et de la sélection naturelle, le groupe allemand a regroupé son projet de développement avec pour volonté de simplifier la tache des utilisateurs, et notamment celles des OEM et intégrateurs qui ont à fabriquer des machines intégrant des composants divers. Ces composants peuplant une armoire de commande, ils proviennent tout aussi bien d'opérations de contrôle/commande que du monde de l'appareillage électrique. Les premiers systèmes, avec l'avènement des réseaux de terrain, ont vu le câblage se réduire avec une décentralisation accrue, et l'automate se délocaliser mais il n'en a pas été de même de l'appareillage électrique. Aujourd'hui, cette réorganisation amène à l'implantation de plusieurs petites armoires implantées le long des machines, à l'intérieur de chacune d'elle cohabitent des appareillages électriques et des automates industriels. Le concept Darwin s'étend par étapes successives à l'ensemble des produits que ce soit commande, commutation, protection, commande opérateur, supervision, entraînements… son but étant de remplacer les câblages de commande entre l'automate et l'appareillage électrique grâce à une seule et même connexion : easyConnect. Plug & Work pour démarreurs-moteurs C'est lors de SCS Paris que fut présenté la première brique du nom de easyConnect SmartWire. SmartWire comprend les modules de connexion, les passerelles de commande et le câble de connexion EasyConnect pour le raccordement des démarreurs-moteurs directement à l'automate. Il permet de connecter les démarreurs-moteurs directement à l'automate, le reste du câblage demeurant identique. Du coup le câblage des contacteurs et des démarreurs moteurs est réduit ainsi que les entrées-sorties décentralisées, borne et connecteur. Si auparavant le raccordement des démarreurs impliquait la connexion à un circuit de commande, maintenant le câblage du circuit de commande disparaît non seulement au niveau de l'appareillage mais aussi de l'automate, d'où des économies de modules d'entrées-sorties. SmartWire est conçu comme un complément d'appareillage, il ne nécessite pas l'installation d'un nouveau matériel et se branche, dans un premier temps, sur tous les contacteurs jusqu'à 32 A. Le niveau entrée-sortie se trouve directement sur le contacteur. Avec les câbles pré-assemblés SmartWire, il est possible de raccorder jusqu'à 16 démarreurs-moteurs. La communication avec l'automate est réalisée via la passerelle SmartWire. N'ayez crainte Moeller s'il propose le bus de communication propriétaire EasyNet a déjà implémenté CanOpen et Profibus, DeviceNet arrivant, de quoi permettre d'intégrer des systèmes de contrôle-commande en provenance d'autres fournisseurs. Un cas fréquent chez les intégrateurs qui se voient parfois imposer une marque en particulier pour la partie automatisme de commande. La passerelle et les démarreurs-moteurs associés se configurent eux-mêmes sans adressage particulier, le câble gérant aussi bien la commande des contacteurs que l'information sur les états des démarreurs-moteurs. Du coup, le couplage par câblage de commande des contacteurs et des démarreurs n'est plus nécessaire, la fonction est assurée par SmartWire et l'automate connecté. Parmi les chiffres donnés par le fournisseur, on notera un maximum de 16 départs-moteurs par passerelle, avec des temps de réponse de 20 ms pour la commande de tous les départs-moteurs simultanément avec une valeur moyenne de 50 ms pour les statuts (pour 8 départs-moteurs). Dans deux ans Avec SmartWire, la première pierre de l'édifice Darwin Compatible, Moeller estime à deux ans la durée d'implémentation de l'ensemble de son offre à ce concept. Après les contacteurs, ce devrait être le tour des auxiliaires de commande, des disjoncteurs et ensuite des variateurs de fréquence. En même temps, la gamme des automates et des afficheurs sera élargie, toujours en étant easyConnect compatible. En 2010, tous les appareils seront easyConnect et deviendront des entrées-sorties locales et décentralisés de l'automate, avec une configuration automatique de chacun des éléments.