Dématérialiser - Microsoft et Schneider Electric, alliés pour la transformation numérique

C’est fin mai au siège de Microsoft France que le Président de cette entreprise Vahé Torossian et Christel Heydemann, Présidente de Schneider Electric France, ont réaffirmé leur mutuelle collaboration dans l’adaptation des technologies numériques aux besoins des entreprises industrielles. Ils ont conjointement présenté les quatre axes de développement de leur alliance.

En novembre 2016, Schneider Electric a lancé EcoStruxure, une solution logicielle globale visant à rassembler les objets industriels de toute nature sous la forme d’un ensemble administré, cohérent et sécurisé, accessible au travers du réseau public mondial et dont la porté s’étend aux domaines d’expertise du groupe.

Véritable colonne vertébrale de l’Internet industriel des objets pour Schneider Electric, cette architecture s’appuie sur la plateforme Azure IoT de Microsoft afin de favoriser l’émergence de nouveaux services.

Dans le secteur de l’industrie, EcoStruxure permet l’exploitation des données opérationnelles et facilite l’enrichissement des infrastructures existantes, au travers de la toute nouvelle plateforme industrielle Wonderware System Platform 2017. Cette dernière apporte en effet, des fonctionnalités qui s’adressent aussi bien aux développeurs qu’aux opérateurs et aux exécutants (voir Jautomatise n°112). Il s’agit d’implémenter dans les entreprises des méthodes de gestion tirant parti du numérique pour apporter plus de flexibilité à l’appareil de production afin que l’entreprise dans son ensemble fasse preuve de plus d’agilité quant aux attentes de ses marchés. En termes de rentabilisation et de maximisation des potentiels des bâtiments notamment industriels, les mêmes logiciels permettent de les rendre communicants afin de faire bénéficier les entreprises d’un meilleur rendement opérationnel, d’un management actif des ressources et d’une plus grande efficacité énergétique ; sans oublier de nouveaux services rendus aux occupants.

Les deux partenaires viennent donc de signer un accord portant sur Azure pour une durée de trois ans renouvelable. Pour continuer à accélérer le développement de la plateforme IoT de Schneider Electric, les deux entreprises prévoient de mettre prochainement en œuvre un programme d’investissement commun associant également Accenture. Un support des équipes de Microsoft à travers le monde et tout particulièrement en France, à Boston, Bangalore et en Chine sera également mis en place.

Dépassant le seul cadre de l’IIoT, ce partenariat repousse également les limites en intégrant la réalité mixte à l’environnement industriel. Cette technologie qui unit la réalité virtuelle et la réalité augmentée, enrichit les capacités de l’utilisateur dans le but de renforcer la sécurité et la performance opérationnelle. Dans ce cadre, Schneider Electric a lancé le développement d’applications basées sur HoloLens, l’ordinateur holographique autonome de Microsoft. Le groupe souhaite s’en servir pour faciliter les opérations de maintenance industrielles complexes en s’appuyant sur un hologramme et des actions prescriptives. L’application va permettre une meilleure préparation des interventions grâce à une simulation en amont et à distance afin d’accroître l’efficacité et la sécurité une fois sur site. Cette technologie peut également être exploitée dans le cadre de la formation des personnels opérationnels intervenant sur des installations critiques.

En redéfinissant les processus métiers au sein de Schneider Electric, cette innovation offre de nouvelles opportunités pour les clients comme pour les partenaires de Schneider Electric.

Charité bien ordonnée...

La collaboration qui unit Schneider Electric et Microsoft permet aux deux partenaires de bénéficier de leurs technologies respectives. Ainsi, les 1 700 salariés de Microsoft en France pourront utiliser depuis leur smartphone l’application Workplace Efficiency développée sur Azure par Schneider Electric. Cette solution collaborative s’inscrit dans la dynamique mise en place par Microsoft, lors de l’ouverture de son nouveau Campus inauguré en février dernier à Issy-Les-Moulineaux.

Sur simple consultation, les collaborateurs pourront notamment optimiser leurs déplacements grâce à l’accès en temps réel au nombre de places disponibles au parking du Campus, aux horaires exacts des navettes électriques qui les relient aux transports en commun les plus proches ou encore à la disponibilité des VeLib à proximité. Cette application permettra également d’optimiser l’utilisation des espaces collectifs, en précisant la disponibilité de toutes les zones de travail : carrés individuels, ateliers de créativité, salles de réunions et de conférence, etc. Dans le cadre d’une première phase de transformation interne initiée en 2014, Schneider Electric a de son côté, choisi de déployer la ressource bureautique Office 365 proposée en tant que SaaS (Software as a Service) pour supprimer les silos existants entre les différentes entités et optimiser la collaboration et la communication entre les 144 000 collaborateurs du groupe au niveau mondial. Cette offre comprend la messagerie Outlook, l’application de visioconférence Skype Entreprise, le bloc-notes numérique OneNote, tandis que le réseau social d’entreprise Yammer, l’outil de planification Planner et la nouvelle application de collaboration et de travail en équipe Teams, seront accessibles à compter de juillet 2017, à l’issue d’une phase de test.

Redéfinir l'engagement client grâce à l'intelligence artificielle

Autre projet d’envergure, Microsoft et Schneider Electric ont conçu un pilote d’intelligence artificielle destiné à transformer l’expérience des utilisateurs de services en ligne. Il s’agit d’un dispositif de discussion (chat) sur le Web qui identifie les besoins des clients et les guide sur les sites Internet de Schneider Electric. En effet, ce logiciel apprend des différentes requêtes qui lui sont soumises afin de mieux conseiller chaque utilisateur tout en restituant une information de meilleure qualité aux services marketing du groupe. Développé et déployé en moins de dix semaines, ce projet est testé depuis quelques mois au sein de Schneider Electric.