Endress Hauser veut dépasser les 2 milliards

Après une belle année 2013, le spécialiste helvétique de la mesure et de l’instrumentation anticipe un bon cru 2014 et met tout en œuvre pour progresser encore dans les années à venir.

 

Endress Hauser affiche une santé insolente ! « En 2013, nous avons  enregistré un chiffre d’affaires de 1,814 milliards d’euros, en progression de 7,1% par rapport à l’année précédente. Et en francs suisses, la hausse est encore supérieure deux points. », déclare Urs Endress, président de la filiale française. Une belle performance assortie d’un résultat net après impôts de 187 millions pour le groupe qui, en 8 ans, a doublé son chiffre d’affaires. Même l’effectif du groupe a progressé l’an dernier, en grande partie cependant à la faveur de ses dernières acquisitions, pour atteindre 11919 personnes. Cette année, le Suisse conserve son enthousiasme. « Nous avons démarré mollement mais la croissance est bonne pour le reste de l'année », assure Urs Endress. En particulier, le patron de la filiale française, et frère du président du conseil de surveillance,  met en avant la croissance « supérieure à la moyenne » en Europe, ainsi que le potentiel de progression important en Asie du Sud-Est, mais aussi en Afrique. Côté secteurs, les plus porteurs sont, sans surprise, la chimie, l’agroalimentaire et l’énergie, « surtout dans les services ».

 

Tout pour progresser

Le groupe qui vient tout juste de changer de président, laissant pour la première fois les rênes à une personne non issue de la famille du fondateur, ne compte pas en rester là. Pour progresser encore, il a multiplié les investissements, qui s’élèvent à 130 millions d’euros en 2013 et à 466 millions sur 5 ans. Le groupe dispose ainsi désormais d’une usine au Brésil pleinement opérationnelle (elle produit des capteurs de pression, débit et niveau), d’une nouvelle filiale en Algérie et a agrandi son centre de compétence « Débit » à Reinach, en Suisse.  Et surtout, il compte s’imposer à présent comme un acteur important dans l’analyse des gaz, avec le rachat de 50% des parts de l’Allemand Analytik Jena (environ 1080 personnes et 62,8 millions d’euros de chiffre d’affaires au deuxième semestre 2013. Une reprise totale est prévue) en octobre dernier. Fort des portefeuilles de ses précédentes acquisitions dans ce domaine (SpectraSensors et Kaiser Optical systems), il abordera le marché sur deux fronts avec deux entités distinctes : les laboratoires avec Analytics Jena et le process avec Endress Hauser. A noter, « à terme, les marques Kaiser et Spectra vont disparaître », annonce Urs Endress. Autre segment important pour le Suisse, la métrologie légale. Avec l’intégration de SGM à Vitrolles (Bouches-du-Rhône) en début d’année, le groupe complète son savoir-faire en calibration, qui s’étend maintenant de la calibration standard jusqu’à la calibration légale, en passant par la calibration accréditée.

 

Du low end à l’automne

« En 2014, Endress Hauser se focalisera sur la gestion des réclamations clients, l’optimisation de la chaîne de traitement des commandes, car c'est devenu très important pour nos clients OEM en particulier, et la mise en œuvre d’une  nouvelle stratégie dans le low-end », annonce Urs Endress. Sur l’entrée de gamme, le groupe compte ainsi devenir son propre revendeur sur Internet. Avec une ambition non dissimulée : « nous voulons devenir l’Amazon de l'instrumentation », poursuit le président d’Endress Hauser France. Pour cela, ses équipes travaillent sur des outils d’aide à la sélection des produits  et de vente en ligne et sur l’optimisation de sa chaîne logistique. « Nous commencerons avec une sélection de produits bien ciblés en entrée de gamme sur la marque E+H», annonce Urs Endress, puis l’offre s’étoffera. Son lancement officiel devrait intervenir dès octobre prochain.

Produits d’entrée de gamme en vente sur Internet, offre haut de gamme, notamment dans la mesure quantitative et qualitative en ligne – dans le cadre du concept Industrie 4.0 en particulier sur lequel le groupe mise beaucoup - et dans l’analyse de gaz et de liquides, services de plus en plus divers allant jusqu’à  la calibration légale, le groupe suisse se met donc en ordre pour réaliser le « grand écart » pour continuer à progresser. Et cela semble fonctionner. « Le groupe vise globalement un objectif de croissance de 6% par an. Pour 2014, nous devrions dépasser les 15% », annonce Urs Endress.

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif";}