GLOBAL INDUSTRIE, VISION PANORAMIQUE POUR PENSER L’AVENIR VISITER

Organisé par le Groupe GL Events, le plus grand rassemblement multisectoriel consacré à l’industrie en France, bénéficie du soutien des professionnels de la filière, des collectivités territoriales et des organisations professionnelles. Mais surtout, Global Industrie est placé sous le Haut Patronage du Président de la République.


Les rencontres et les événements consacrés à nos industries se p bien où qu’ils se déroulent généralement en France comme en témoigne la dernière édition du Salon Industrie qui s’est déroulée à ortent Lyon en avril 2017. Pour mémoire, cet événement a attiré quelque 25 000 visiteurs venus arpenter 26 000 m² où se pressaient plus de mille exposants… Quels que puissent être les succès enregistrés ici et là qui portent témoignage de l’embellie que connaît notre industrie, un important effort restait à faire pour défier les événements professionnels aux faux airs de grandes communions populaires qui se déroulent outre-Rhin et dont la Mecque n’est rien moins que la Foire de Hanovre. Remarquons d’abord que nos partenaires allemands excellent dans l’exercice qui consiste à se grouper pour faire mouvement alors que nous avons une propension marquée à agir en ordre dispersé.

MAIS ÇA, C’ÉTAIT AVANT…

Le 27 mars prochain, le Président de la République, Emmanuel Macron, inaugurera le salon Global Industrie qui se déroulera jusqu’au 30 mars au Parc des Expositions de Villepinte. Cet événement regroupe en une même unité de temps et d’espace, quatre salons précédemment distincts : le Midest, consacré à la sous-traitance, Smart Industrie qui regarde résolument l’avenir par le biais des technologies numériques, des communications temps-réel et de l’Internet des objets, le salon Industrie dédié aux technologies et aux équipements de production et enfin, Tolexpo, véritable fer de lance de l’innovation dans la fabrication et le formage des tôles, des profilés ou encore, des tubes. C’est ainsi que Global Industrie va accueillir plus de 2 700 exposants – dont un quart venu d’au-delà des frontières de l’Hexagone – sur plus de 100000m² d’exposition où sont attendus environ 50 000 visiteurs professionnels et plus de 7 000 étudiants. Alors que l’Industrie du Futur redessine le paysage international des moyens de production et redistribue les cartes de l’excellence industrielle, la France sait qu’elle a en main les atouts qui vont lui permettre de redevenir l’un des leaders mondiaux.

En drainant un flux de visiteurs issus d’horizons très différents – environ cinquante filières seront représentées – la synergie créée par le regroupement de quatre salons complémentaires, sera source de nouveaux débouchés et d’opportunités d’affaires jusqu’alors inédites. En effet, chaque événement tirera profit d’ouvertures à l’international, de possibilités d’atteindre de nouvelles filières et de nouveaux marchés grâce notamment aux initiatives menées par les organisateurs de Global Industrie en direction de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne ou encore, de la Belgique et de la Suisse en Europe ainsi que vers le Brésil, l’Afrique du Sud, la Chine, le Japon, la Malaisie et le Maroc pour ce qui concerne le reste du monde.

UNE USINE DIGITALE EN VRAIE GRANDEUR

Pour la première fois en France sur 1 000 m², le public pourra voir fonctionner – et même explorer, puisque des visites techniques guidées seront organisées – une chaîne de fabrication complète, impliquant la presque totalité des secteurs industriels représentés dans l’un ou l’autre des cinq halls occupés par Global Industrie. Au travers de la fabrication d’un objet personnalisé offert ensuite aux visiteurs, l’enjeu de cette animation remarquable est de témoigner des progrès réalisés dans le domaine de l’automatisation de la production, notamment par l’intégration des technologies de l’Industrie du Futur. Un grand écran permettra de suivre en temps réel, les paramètres de production tels que la consommation énergétique, le nombre d’opérations réalisées de manière instantanée ou cumulée, etc.

Les visiteurs assisteront ainsi à un cycle de production complet, associant des technologies de pointe, comme la robotique collaborative, la réalité augmentée, la maintenance prédictive, la digitalisation de la production et la personnalisation du produit... Au total, une soixantaine de sociétés partenaires et les quatre grands syndicats professionnels que sont, l’Artema, le Gimelec , le Symop et l’UITS, se sont associées pour permettre de faire aboutir cette opération exceptionnelle, coordonnée par le cabinet d’ingénierie ADI.

L’AVENTURE INDUSTRIELLE EXPLIQUÉE PAR CEUX QUI LA VIVENT

Explorer dans le détail le fonctionnement d’une installation automatisée est une expérience porteuse d’inspiration surtout lorsqu’elle repose sur les objets communicants, les réseaux temps-réel, la robotique et la collecte des données de production pour l’instauration d’une démarche d’amélioration continue. C’est aussi un excellent moyen d’identifier les pistes d’évolution qu’il s’agisse de moderniser une installation industrielle existante ou de donner un nouvel élan à une carrière professionnelle.

C’est parce qu’il est alors nécessaire d’identifier les étapes à entreprendre et d’approfondir les démarches qui en découlent que sont organisées des tables rondes et des conférences pendant toute la durée de l’événement. La particularité ici, vient de ce que ces tables rondes et ces conférences n’accueillent pas des fabricants de solutions ou des offreurs de services, mais des industriels qui se sont lancés dans la mise en œuvre d’une technologie, dans la résolution d’un problème particulier ou dans la modernisation d’une infrastructure. Interrogés par un journaliste spécialiste du sujet abordé, ils partageront leur expérience en détaillant les étapes parcourues, les difficultés rencontrées et les solutions mises en œuvre pour les surmonter. Il s’agit bien de montrer que l’industrie du futur n’est pas qu’une affaire de nouvelles technologies ou d’investissements plus ou moins massifs dans des machines ou des services mais que cela reste avant tout une fantastique aventure humaine.

Toutes les grandes étapes qui jalonnent l’itinéraire des industriels désireux d’entrer dans l’ère numérique, seront abordées parfois sous différentes formes au cours de conférences et de tables rondes, à l’issue desquelles le public sera invité à poser les questions qui le préoccupent. Au fil des heures et des jours, seront ainsi abordés : l’organisation industrielle à l’heure de la fabrication additive, les défis d’intégration, de sécurité et de sureté dans la robotique collaborative, les enjeux de la cybersécurité qui attendent l’usine connectée, la maintenance à distance et la prédictibilité des défaillances, les machines auto-apprenantes, le lean digital, les datamasses et l’analyse des données… pour ne mentionner que les sujets en lien direct avec l’automatisation.

PLACE AUX JEUNES !

Le thème de l’emploi, de la formation et surtout, de l’attractivité des métiers est plus que jamais au centre des préoccupations du monde industriel, particulièrement à l’heure de la révolution des données, de l’Internet des objets, de l’automatisation appuyée sur l’analyse et de la spécialisation.

Baptisé Global Industrie Campus, un large espace de 1 500 m² sera entièrement consacré aux jeunes publics des collèges aux écoles d’ingénieurs, aux demandeurs d’emploi, aux actifs en reconversion, aux enseignants, aux parents d’élèves et bien sûr, aux recruteurs. L’espace présentera cinq briques pédagogiques : un point d’accueil pour démarrer un parcours de visite sur mesure, un « amphi » pour échanger avec des professionnels, un espace « emplois, stages et formations », un espace d’orientation avec des stands où seront présentés différents métiers et une zone permettant de tester des matériels emblématiques de l’industrie du futur au travers d’animations ludiques. En plus de ce point de rendez-vous permanent, un grand concours intitulé « Génération Smart Industries », organisé sous la houlette du salon éponyme permettra aux jeunes d’aller à la rencontre des industriels pour découvrir leurs technologies. Le défi consistera ensuite à rédiger un document et à en exposer les lignes directrices devant un jury dans le but de rendre une usine « plus intelligente ». Sur l’espace Midest, l’opération « Elles bougent » fera découvrir les métiers industriels et technologiques aux collégiennes et aux lycéennes.