L'automate USB arrive

Les nouveaux PCD3 de Saia intègrent dorénavant un port USB. Il vient se rajouter au port Ethernet et au WebServeur embarqué. Ils se connectent au réseau Profi-S-net, un réseau pour lequel Profibus a été réécrit. Depuis de nombreuses années les automates programmables se rapprochent de plus en plus des PC industriel. Un dernier pas vient d'être franchi par Saia, avec ses nouveaux PCD3 qui intègrent dorénavant un port USB. Un port USB sur un automate programmable, c'est nouveau. Et si vous vous dites "pourquoi par un port Ethernet et un Webserveur embarqué, tant qu'ils y sont", c'est que vous avez un "train" de retard, ces rajouts ont été fait il y a un peu plus d'un an. Petit retour A la base, la gamme PCD3 est composée d'un châssis montable sur rail Din sur lequel vient se plugger un certain nombre de modules. C'est dans le châssis que se trouvent la CPU avec la mémoire utilisateur, mais également les connexions avec l'extérieur comme les ports Ethernet, et maintenant USB. Pour les modules, ils sont pour l'instant une trentaine, avec toutes les options d'entrées-sorties disponibles. La compacité permet d'atteindre les 48 entrées-sorties pour 100 cm2. L'une des particularités de la version de base est d'intégrer en standard un serveur Web qui pourra servir tout aussi bien au diagnostic local, à la mise en service et à la maintenance. Si le port USB apparaît sur la version M3330, la firme suisse pousse ses pions dans le monde de la communication étendue. Avec notamment la version M5540 qui voit se rajouter une extension matérielle sur le côté du châssis qui intègre deux ports séries. De quoi permettre une connexion avec le monde Profi-s-net que nous verrons plus loin. Un ensemble comprenant sur un seul boîtier, une connexion Ether-s-net, une Profi-s-net, un port USB, un serveur Web et un port libre pour un modem par exemple. Pour compléter la gamme des automates programmables modulaires PCD3, Saia vient d'annoncer une version compacte. Si les notions de décentralisation et de flexibilité sont toujours d'actualité, il reste des cas d'applications, représentant d'après Saia 20% du marché des automatismes qui souhaitent avoir un produit compact, avec juste le nombre d'entrées nécessaires, un produit qui pourrait être dédié à l'occasion. Des applications que l'on retrouvera dans les infrastructures, tunnels ou bâtiments. Du coup, la gamme des PCD3 vient grignoter sur les plates-bandes de ses grands frères PCD6 et4, mais également vers le bas avec un PCD3 pour le prix d'un PCD2. La solution : réécrire Profibus Dans la stratégie de Saia, l'automate programmable n'est pas le seul élément. La concurrence sur ce seul créneau est rude pour se faire une place, les capacités de communication sont primordiales. Du coup, la société a poursuivi sa démarche entamée il y a plusieurs années et destinée à permettre une interaction avec le monde Profibus et, notamment, Siemens. Après la programmation possible en langage Step7, voici que le réseau Profi-s-net arrive sur le marché. Il ne s'agit pas à proprement parlé d'un bus de terrain, mais d'une sorte de regroupement du S-Bus, bus de communication propriétaire, et de Profibus. Alors que dans la majorité des cas, il faudrait rajouter une passerelle, Saia a implémenté dans la couche de transport FDL, les protocoles MPI, Profibus Dp, S-bus, Http, et S-IO le bus pour entrées-sorties déportées. Pour l'utilisateur, l'emploi est simplissime, il branche son câble sur l'automate Profibus, le relie à un automate S-bus, et il n'a rien à faire, c'est la CPU qui fait le travail. Il n'y a même pas de séparation ou d'affectation à faire sur le port de réception, la CPU se charge de vérifier quel type de bus communique. Une nouvelle approche de l'ouverture, avec un même câble et plusieurs protocoles Pour parvenir à ce résultat, la firme suisse a réécrit le protocole Profibus DP pour l'intégrer au software, évitant ainsi les coupleurs mais également les royalties. Mais attention, à ne pas confondre Profi-S-net avec Profinet, cela n'a rien à voir. Dernier évolution en phase de développement, c'est une gamme de WebPanelPC. Quatre tailles seraient prévues, un Webserveur serait également embarqué mais aucun logiciel d'HMI n'est encore proposé. Nul doute que nos voisins suisses y travaillent.