Reliabot pour tous

Avec Reliabot PC, Cognex propose à tous ceux qui souhaitent voir cohabiter le monde de la robotique avec celui de la vision, de profiter de l'expérience acquise par l'un de ses intégrateurs, l'américain Shafi. Avec Reliabot PC, Cognex propose à tous ceux qui souhaitent voir cohabiter le monde de la robotique avec celui de la vision, de profiter de l'expérience acquise par l'un de ses intégrateurs, l'américain Shafi. C'est le programme CPP, Cognex Partner Product, qui sert de lien. Ce programme fédère l'ensemble des développements locaux. Ce moyen de regrouper les compétences est en plein essor, les utilisateurs finaux n'ont plus le temps, ni la volonté, de développer en interne, l'époque où des industriels comme PSA ou Renault achetaient des systèmes de vision nus, qu'ils appairaient eux-mêmes avec leurs robots, est fini. Aujourd'hui, cette compétence a été acquise par les intégrateurs ou les développeurs. Encore faut-il la diffuser pour éviter qu'une autre société, le plus souvent dans un autre pays, ne développe la même chose. 2 et 3 dimensions En deux ans, le catalogue des Partner Cognex c'est enrichi. On trouve dans le panel des partenaires des intégrateurs de tous pays, comme le français Esox qui est le leader dans la relecture de caractères, ou l'espagnol Eines pour les applications de jeu et d'affleurement. Dans le domaine de la robotique, Shafi annonce 14 ans d'expérience, plus de 300 cellules robotisées sur une dizaine de continents, mais aussi l'implantation de ses développements sur une quinzaine de robots différents comme Abb, Fanuc, Kuka, Staubli, Motoman, Nachi, Kawasaki, Panasonic, Adept, Epson… le nombre de mécaniques qui ne sont pas encore passés entre les mains de l'américain, reste restreint. Paradoxalement, Shafi est une entreprise de développement pur, qui n'intègre pas les applications, mais propose au plus grand nombre de profiter de ses travaux. Dans le catalogue l'utilisateur pourra trouver tout aussi bien des développements pour la vision 2D ou pour la vision 3D avec l'utilisation de plusieurs caméras afin de constituer l'image en trois dimensions. Pour les industriels français, en dehors des quelques rares qui ont encore des ressources internes pour intégrer l'ensemble d'une application, il faudra passer entre les mains d'un spécialiste. En France un intégrateur comme Esox, partenaire Cognex, annonce un investissement compris entre 40 et 60 KEuros, en plus de la mécanique du robot, pour avoir une telle application de vision.