ROCKWELL AUTOMATION INTÈGRE L’IA DANS L’AUTOMATE

Un module d’intelligence artificielle conçu par Rockwell Automation modélise, surveille et optimise les opérations industrielles. S’appuyant sur une nouvelle approche dans l’analyse du fonctionnement des applications d’automatisation, il permet d’alerter les opérateurs en cas d’erreur et même de proposer ou d’effectuer des corrections.


La création de solutions d’analyse pour diagnostiquer les opérations industrielles requiert des spécialistes des données qui connaissent parfaitement l’application d’automatisation considérée. Or, pour connaître et modéliser un système, il faut parfois des semaines, des mois, voire des années à de tels spécialistes.

Dévoilé par Rockwell Automation en novembre 2017, à l’occasion du salon Automation Fair organisé à Houston aux États-Unis, le module d’intelligence artificielle IA Project Sherlock prétend concentrer cette expertise dans une solution discrète. En effet, un algorithme d’analyse axé sur les données, est intégré dans un module qui s’installe directement dans le châssis du contrôleur. Une fois en place, l’IA Project Sherlock évalue les modèles de fonctionnement physique afin de comprendre l’application gérée par le contrôleur. Soit la solution scrute les points de fonctionnement du contrôleur afin d’identifier l’application, soit elle laisse les utilisateurs choisir l’objet de la modélisation en sélectionnant les entrées et les sorties par le biais d’une instruction complémentaire. En quelques minutes, l’IA Project Sherlock va ensuite étudier le flux de données traversant le contrôleur pour élaborer un modèle. Notons qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’importants volumes de données historiques, pas plus qu’il n’est nécessaire d’extraire les données de la couche d’automatisation.

Une fois le modèle défini, la solution IA Project Sherlock assure une surveillance continue de l’opération afin de débusquer les anomalies en s’appuyant sur le référentiel logique établi. Dès qu’elle décèle un problème, elle déclenche une alerte sur l’écran d’une interface homme machine ou sur un tableau de bord. Lorsqu’un problème se reproduit, le dispositif d’analyse va au-delà du simple diagnostic pour guider les utilisateurs vers un moyen de remédier au défaut ou alors, il ajuste automatiquement les paramètres du système pour corriger le problème sans intervention humaine. « La solution Project Sherlock apporte aux industriels des analyses d’une intelligence exceptionnelle dans une solution simple à mettre en œuvre », explique Jonathan Wise, responsable de la plateforme Control and Visualization Business de Rockwell Automation.

« À l’heure où nos clients opèrent leur transformation numérique pour tirer des données de production, des moyens de gagner en efficacité, ils ne peuvent attendre les résultats des travaux d’experts en analyse. Même si des spécialistes en analyse de données industrielles étaient facilement disponibles, les mobiliser ne serait pas à la portée de toutes les entreprises en termes de temps ou de budget. Cet outil d’autoapprentissage propose des analyses performantes directement à partir de l’infrastructure d’automatisation. C’est une solution aussi simple qu’avantageuse qui s’installe en un clin d’œil dans le fond de panier Logix. »

Les diagnostics réalisés par le module Project Sherlock produisent un nombre limité de fausses alertes, comparé à celles issues d’autres solutions d’intelligence artificielle. Par ses origines industrielles et le choix d’une modélisation basée sur les grandeurs physiques, l’IA Project Sherlock est par exemple, capable de déterminer si la variation de température d’une chaudière résulte d’un changement sans conséquence dans les opérations situées en amont du processus ou d’une anomalie qui au contraire, exige des mesures correctives.

La version initiale de l’IA Project Sherlock comprendra des modèles prêts à l’emploi pour les opérations impliquant des chaudières, des pompes et des refroidisseurs, particulièrement utiles pour les applications hybrides ou dans l’industrie de la transformation. Les utilisateurs ont aussi la possibilité de modéliser d’autres types d’applications en suivant des instructions de configuration destinées à les guider pas à pas.

Les communications avec le module étant prioritaires au niveau du contrôleur, les utilisateurs peuvent définir la quantité de données transmises et la fréquence des communications. Le module n’alourdit, ni la charge du contrôleur, ni le trafic sur le réseau. L’IA Project Sherlock a été testé pendant dix-huit mois dans le cadre de déploiements « pilotes » et il sera commercialisé dans le courant de l’année en cours.

Le moteur d’intelligence artificielle intégré dans le module, s’inscrit dans un écosystème d’offres plus vaste dédiées aux analyses. Cette gamme proposée et enrichie par Rockwell Automation, recouvre les équipements, les machines et les systèmes de l’atelier mais aussi, l’entreprise dans une plus large mesure. Les développeurs de Rockwell Automation relient progressivement les différentes solutions analytiques. C’est ainsi que les analyses de l’IA Project Sherlock s’intègreront à terme, à la plateforme FactoryTalk pour mettre les données de production au service des stratégies d’informatique décisionnelle.