Sick maintient le cap

Sur fond de crise en Europe et de croissance moindre qu’à l’habitude en Chine, l’Allemand a battu des records en 2012. Et en a profité pour s’organiser face aux incertitudes de 2013.

 

L’année 2012 a été bonne pour Sick. Le spécialiste allemand des capteurs a en effet connu, dans un paysage général plutôt morose, sa meilleure année en termes de commandes et de ventes, qui ont atteint respectivement 994,9 millions d’euros (+7,9 % par rapport à 2011) et 971,3 millions d’euros (+7,6%). Cerise sur le gâteau, le résultat du groupe a progressé de 13,3% l’an dernier pour atteindre 58,9 millions d’euros.

 

Croissance partout

En tête des ventes, on retrouve une nouvelle fois la région Asie-Pacifique et la région Amérique du Nord, centrale et du Sud, qui progressent toutes les deux fortement. La région EMEA, en revanche, a connu « seulement » 3,2% de croissance, à 377,2 millions d’euros. Les ventes en Allemagne ont, quant à elles, bien progressé : +7,9% (233 millions).

Côté segments, « l’Automatisation industrielle a achevé l’exercice 2012 avec des ventes s’élevant à 559,8 millions d’euros. C’est 6,6 % de plus que l’année précédente», annonce le groupe, notamment grâce à la demande de l’automobile et les biens de consommation. Les activités du segment Automatisation logistique ont également progressé (+6,2%), en particulier dans le commerce de détail et les aéroports, où l’utilisation accrue des systèmes de dépôt des sacs en libre-service dans les aéroports allemands a fortement aidé. Enfin, le segment Automatisation des procédés a bondi de 12,7 %, boosté par la demande dans le recyclage et l’incinération des déchets, la marine, ou encore le secteur minier.

 

2013 moins fort

2012 a également été pour Sick l’année des adaptations structurelles et organisationnelles « pour se préparer au futur », en particulier avec la consolidation de Sick Maihak GmbH dans Sick AG le 1er janvier 2013 et la mise en place d’une nouvelle structure du conseil d’administration. Pour 2013, le groupe est prudent, mais confiant. « Nous pensons que nous allons atteindre une croissance faible à un seul chiffre cette année, en raison de la situation économique actuelle », indique Robert Bauer, président du conseil d’administration de Sick AG.  Pour se mettre en ordre de marche, le groupe a investi en main d’œuvre (l’effectif a dépassé les 6300 employés l’an dernier) et en R&D : 93,5 millions d’euros réinvestis en 2012, soit 9,6% du chiffre d’affaires !