Techno

Dossiers complets publiés dans la revue Jautomatise

Schneider Electric s’offre une vitrine de l’Industrie du Futur

Dans un monde connaissant un basculement numérique accéléré, l’Industrie du Futur représente un avantage compétitif pour chaque entreprise et chaque territoire qui s’en saisit. Il reste que ce modèle théorique doit prendre corps dans le monde réel. C’est précisément le chantier auquel s’est attelé Schneider Electric dans son usine du Vaudreuil qui tire désormais parti de toutes les technologies de pointe commercialisée par le groupe.

What-is-What digitalise le bloc-notes d’atelier

Une entreprise industrielle plus flexible implique que certaines informations doivent circuler plus vite et plus largement entre les individus sans nécessairement suivre les canaux traditionnellement établis entre les services auxquels ils appartiennent. A cette fin, la jeune entreprise française, The WiW propose une plateforme collaborative gravitant autour d’une base de données objet. Portrait !

Bernay Automation développe le dévracage digital

A l’entrée d’une ligne de production automatisée, il est commun de positionner des pièces pour permettre leur assemblage. Effectuée manuellement, cette opération est l’une des plus harassantes et des plus inintéressantes qui soit… Des briques technologiques mariant la robotique à la vision industrielle permettent de créer des systèmes de dévracage flexibles qui devraient séduire les industriels dans nombre de secteurs.

SÉCURISER LES BASES DE DONNÉES INDUSTRIELLES

Les données d’une entreprise font partie de sa richesse au même titre que sa trésorerie, ses brevets et ses éventuels titres de propriétés. S’agissant des bases de données industrielles dont on découvre à peine, l’intérêt dans l’amélioration des processus automatisés, des mesures de protection sont à mettre en place sans attendre.

BALAYAGE LINÉAIRE, LA VISION INDUSTRIELLE À TRÈS HAUTE PERFORMANCE

Spécialement prisées dans les applications qui requièrent une haute vitesse d’acquisition, les caméras à balayage linéaire génèrent des images numériques ligne par ligne avec la capacité de créer jusqu’à 70 000 lignes par seconde sur une largeur qui peut compter de l’ordre de 16 000 pixels. Différentes technologies permettent d’accroître la qualité des images et même de percevoir l’invisible.

TIME-SENSITIVE NETWORKING, L’IEEE STANDARDISE LE TEMPS RÉEL

La communication en réseau est l’un des piliers de la quatrième révolution industrielle. Mais, à la différence de ce qui se passe dans l’informatique de gestion, la transmission des informations de pilotage et de contrôle de la production se déroule sous la contrainte du temps réel. Avec TSN, l’IEEE veut universaliser l’évolution d’Ethernet dans cette direction.

QUAND PEUT-ON PARLER DE TEMPS RÉEL ?

Les systèmes temps réel se distinguent par la prise en compte de limites temporelles dont le respect est aussi important que la précision du résultat attendu des calculs réalisés. De tels systèmes sont largement utilisés dans l’industrie pour le contrôle de processus, la sûreté des installations et partout où la réactivité impose des contraintes de délais non négociables.

What-is-What digitalise le bloc-notes

Une entreprise industrielle plus flexible implique que certaines informations doivent circuler plus vite et plus largement entre les individus sans nécessairement suivre les canaux traditionnellement établis entre les services auxquels ils appartiennent. A cette fin, la jeune entreprise française, The WiW propose une plateforme collaborative gravitant autour d’une base de données objet. Portrait !

Bernay automation développe lE dévracage digital

a l’entrée d’une ligne de production automatisée, il est commun de positionner des pièces pour permettre leur assemblage. effectuée manuellement, cette opération est l’une des plus harassantes et des plus inintéressantes qui soit… Des briques technologiques mariant la robotique à la vision industrielle permettent de créer des systèmes de dévracage flexibles qui devraient séduire les industriels dans nombre de secteurs.

SÉCURISER LES BASES DE DONNÉES INDUSTRIELLES

Les données d’une entreprise font partie de sa richesse au même titre que sa trésorerie, ses brevets et ses éventuels titres de propriétés. S’agissant des bases de données industrielles dont on découvre à peine, l’intérêt dans l’amélioration des processus automatisés, des mesures de protection sont à mettre en place sans attendre.

TIME-SENSITIVE NETWORKING, L’IEEE STANDARDISE LE TEMPS RÉEL

La communication en réseau est l’un des piliers de la quatrième révolution industrielle. Mais, à la différence de ce qui se passe dans l’informatique de gestion, la transmission des informations de pilotage et de contrôle de la production se déroule sous la contrainte du temps réel. Avec TSN, l’IEEE veut universaliser l’évolution d’Ethernet dans cette direction.

QUAND PEUT-ON PARLER DE TEMPS RÉEL ?

Les systèmes temps réel se distinguent par la prise en compte de limites temporelles dont le respect est aussi important que la précision du résultat attendu des calculs réalisés. De tels systèmes sont largement utilisés dans l’industrie pour le contrôle de processus, la sûreté des installations et partout où la réactivité impose des contraintes de délais non négociables.

LES MOTEURS ÉLECTRIQUES AC, DC ET EC DANS L’INDUSTRIE

Pour les applications motrices, les ingénieurs peuvent choisir entre les moteurs à courant continu (DC) ou à courant alternatif (AC). Les moteurs à commutation électroniques entrent aujourd’hui dans l’arène pour remplacer leurs prédécesseurs dans les domaines où l’efficacité énergétique est de rigueur.

WOLEET AUTOMATISE LE DÉPÔT DE PREUVES D’EXISTENCE DIGITALE

Avec un nombre croissant d’opérations reposant sur des processus de commande et de traitement numériques, l’industrie doit d’ores et déjà déployer de nouveaux moyens permettant de prouver la validité d’un programme, d’une application, d’un rapport de production, etc. Ces procédés souvent lourds et coûteux peuvent être considérablement allégés et gagner en agilité grâce aux blockchains… comme le démontre la start-up Woleet.

LIDAR ET CONVERTISSEUR NUMÉRIQUE DE TEMPS

Cela semble une certitude : dans l’Industrie du futur, l’homme va travailler au plus près de machines de nouvelle génération comme les robots collaboratifs. Les machines en mouvement vont aussi collaborer entre elles, voire interagir avec leur environnement en pleine autonomie. Pour en arriver là, il est indispensable de disposer de systèmes réactifs permettant de mesurer les distances… à l’instar des télémètres à laser, les LiDAR.

QUELS STANDARDS POUR SUPPORTER LA VISION INDUSTRIELLE ?

Dans l’industrie – tout spécialement dans le monde des process – les capteurs sont bien plus anciens que l’automatisation. Nous avons tous vu au moins une fois, ces jauges circulaires surmontant un équipement pour indiquer sa température ou sa pression interne.

Safety EYE, un scanner 3D de sécurité en phase avec l’Industrie 4.0

Décloisonner l’espace autour des machines et des robots apporte de la flexibilité et un réel confort de travail. La sécurité des opérateurs exige pourtant que des systèmes de détection normalisés soient mis en place et à cette fin, Pilz propose le système SafetyEYE qui notamment, repose sur trois caméras permettant une surveillance en trois dimensions.

Bionic Cobot : il ne manque pas d’air

Conçu par Festo, le Bionic Cobot ne reproduit pas seulement le bras humain dans sa structure anatomique. Comme son modèle biologique, ce robot collaboratif exclusivement animé par la force pneumatique, accomplit de nombreuses tâches à l’aide de ses mouvements sensibles et flexibles sans présenter le moindre risque pour l’opérateur.

Surveiller le fonctionnement, détecter les intrusions

La mise en réseau des systèmes, les liaisons locales mal maîtrisées et les connexions à distance non sécurisées auxquelles s’ajoutent des technologies toujours plus standardisées contribuent largement à la vulnérabilité croissante des systèmes de contrôle industriels. Il existe heureusement une foule de solutions complémentaires qui améliorent la connaissance de l’infrastructure, la surveillent et contrôlent ses points d’accès.

Cybersécurité, beaucoup de méthode et une mobilisation forte

Pour identifier les mesures à adopter afin de sécuriser les installations industrielles d’aujourd’hui contre les cybermenaces, il faut à la fois avoir la volonté de regarder la situation en face et d’aller jusqu’au bout de la démarche quel qu’en soit le prix. Surtout, il faut rassembler dans un même groupe de travail, direction informatique et direction industrielle, sans oublier l’impérieuse nécessité de mobiliser à terme, l’ensemble des personnels.

Inquiétante multiplication des cyber-incidents sur les installations industrielles

Avec la digitalisation tous azimuts, les sites industriels – spécialement ceux qui relèvent de l’importance vitale – sont exposés aux attaques des hackers et d’une nouvelle catégorie de criminels, les maîtres-chanteurs. Une attaque peut aller jusqu’à la destruction physique d’équipements voire, la création d’un préjudice humain. Il est temps de prendre la mesure du risque.

Cyber-menaces, les réseaux industriels dans la ligne de mire

Les attaques ayant eu un impact sur les lignes de production, les systèmes d’information industriels et les réseaux leur permettant de communiquer sont en constante augmentation. Plusieurs facteurs contribuent à cette exposition accrue des installations industrielles aux cyber-menaces au premier rang desquelles figure une connectivité de plus en plus étendue.


Longtemps isolés dans leur tour d’ivoire, les systèmes d’information industriels sont de plus en plus largement connectés au monde extérieur.

INTOUCH ME, MOTEUR D’INTERFACES POUR OBJETS CONNECTÉS

InTouch Machine Edition permet aux constructeurs de machines, aux équipementiers, aux fabricants de panneaux de commandes et aux développeurs d’objets connectés de créer des interfaces intuitives, sécurisées et duplicables pour tous les équipements et certains périphériques bas niveau reposant sur des systèmes embarqués.

IO-LINK, un protocole communicant pour les objets industriels

L’un des piliers de la 4e révolution industrielle repose sur les capteurs et les actionneurs sélectionnables et configurables au travers du réseau industriel. Protocole normalisé par la commission électrotechnique internationale (ceI), IO-Link permet une communication point-à-point robuste et une agilité technique habituellement absente des bus de terrain.

Proview 5.5.0, l’automatisation ouverte à tous
Avec la 4e révolution industrielle, les systèmes d’automatisation adressent désormais tous les équipements mis au service de la production. Les solutions agiles comme le logiciel libre Proview, permettent de s’affranchir des limites imposées par les systèmes propriétaire.

 

Les passerelles radio en phase avec l’Industrie 4.0
Comparées aux bus de terrain et aux ethernet industriels câblés, les communications sans fil ne représentent qu’une part extrêmement faible des réseaux industriels. Pourtant, certaines entreprises utilisent les liaisons sans fil pour étendre la portée de leur réseau et ouvrir leurs installations à de nouveaux usages. Quelques grandes orientations se dessinent…

 

Alsens,un réseau sans fil à longue portée pour l’industrie 4.0
entreprise grenobloise, idosens cultive les objets connectés autant du côté grand public que sur le versant professionnel. la technologie qu’emploie cette société qui s’est alliée à Altran, est emblématique des solutions qui préfigurent l’Internet des objets dans sa version industrielle.

 

L’IIoT propulse l’automatisation dans l’Industrie 4.0
parler d’Internet dans le monde de l’automatisation, c’est comme évoquer le diable dans un synode ecclésiastique. L’Industrie 4.0 provoque pourtant le rapprochement des objets connectés propres au monde industriel avec les ressources numériques globalisées… autant se préparer dès aujourd’hui, à en tirer parti.

Bionic Cobot : il ne manque pas d’air

conçu par Festo, le Bionic cobot ne reproduit pas seulement le bras humain dans sa structure anatomique. comme son modèle biologique, ce robot collaboratif exclusivement animé par la force pneumatique, accomplit de nombreuses tâches à l’aide de ses mouvements sensibles et flexibles sans présenter le moindre risque pour l’opérateur.

Robotique 4.0, panorama de l’offre collaborative

Les constructeurs ont commencé à exposer les tout premiers cobots entre 2014 et 2015. Démarrée avec seulement deux ou trois modèles, la vague collaborative ne cesse de s’amplifier depuis et si l’offre s’est parallèlement diversifiée, quelques tendances fortes se dessinent quant à la destination de ces équipements d’un nouveau genre.

Syndiquer le contenu