Jautomatise N°118

Jautomatise N°118

AUTOMATES ET ROBOTS, PILIERS DE LA DIGITALISATION OPÉRATIONNELLE

ALORS QUE LES OUTILS PROPREMENT INFORMATIQUES COMME LES SUITES BUREAUTIQUES ET LES PROGICIELS DE GESTION INTÉGRÉS SOUVENT APPELÉS ERP , GOUVERNENT LARGEMENT LA PRODUCTION ET LES ÉCHANGES DE DOCUMENTS AINSI QUE LA COLLECTE ET L’EXPLOITATION DES DONNÉES CHIFFRÉES ET COMPTABLES, LE MONDE DE LA PRODUCTION OÙ SONT FABRIQUÉES ET ASSEMBLÉES LES PIÈCES CONSTITUANT LES PRODUITS MANUFACTURÉS, REPOSE SUR DES RESSOURCES NUMÉRIQUES ENCORE TROP PARTIELLEMENT UNIFORMISÉES.

INDUSTRIE 4.0 ः QUI ? QUOI ? COMMENT ?

Ce numéro exceptionnel de votre magazine rompt avec les rubriques habituelles qu’il remplace par un annuaire des acteurs de l’industrie 4.0, et par un « état de l’art » du numérique au service de la conception, du développement et de la production manufacturière. Pour le réaliser, nous avons associé l’ensemble de nos rédactions.

Schneider Electric s’offre une vitrine de l’Industrie du Futur

Dans un monde connaissant un basculement numérique accéléré, l’Industrie du Futur représente un avantage compétitif pour chaque entreprise et chaque territoire qui s’en saisit. Il reste que ce modèle théorique doit prendre corps dans le monde réel. C’est précisément le chantier auquel s’est attelé Schneider Electric dans son usine du Vaudreuil qui tire désormais parti de toutes les technologies de pointe commercialisée par le groupe.

What-is-What digitalise le bloc-notes d’atelier

Une entreprise industrielle plus flexible implique que certaines informations doivent circuler plus vite et plus largement entre les individus sans nécessairement suivre les canaux traditionnellement établis entre les services auxquels ils appartiennent. A cette fin, la jeune entreprise française, The WiW propose une plateforme collaborative gravitant autour d’une base de données objet. Portrait !

Bernay Automation développe le dévracage digital

A l’entrée d’une ligne de production automatisée, il est commun de positionner des pièces pour permettre leur assemblage. Effectuée manuellement, cette opération est l’une des plus harassantes et des plus inintéressantes qui soit… Des briques technologiques mariant la robotique à la vision industrielle permettent de créer des systèmes de dévracage flexibles qui devraient séduire les industriels dans nombre de secteurs.

L’évènement qui augure de notre avenir industriel

Fin mars, pour la première fois en France, s’est tenu le salon Global Industrie, un événement qui a rassemblé l’ensemble des savoir-faire en sous-traitance industrielle, les grands acteurs de l’industrie connectée, collaborative et efficiente, le monde des technologies et équipements de production ainsi que, celui des métiers et de l’innovation dans le secteur de la tôlerie. Réussite sur toute la ligne…

Marquage 3D, Keyence passe à l’ultraviolet

Qu’il s’agisse d’un numéro de lot, d’une date de fabrication, d’une limite de consommation, d’un logo ou encore d’autres informations concernant une pièce ou un produit, les marquages doivent être de qualité et lisibles. Keyence réalise une première mondiale avec un laser ultraviolet pour déposer des inscriptions durables en 3D.

Des commutateurs PoE Moxa pour caméras IP

Moxa lance une série de commutateurs au standard Power over Ethernet, capables de délivrer jusqu’à 60 W par port de communication pour véhiculer au travers du réseau à la fois les données et l’énergie électrique. Cette sortie de puissance est conçue pour alimenter les caméras IP installées dans des environnements difficiles.

Artec 3D lance le scanner Artec Ray

Développeur de logiciels et fabricant de numériseurs professionnels, l’entreprise luxembourgeoise Artec 3D a profité de sa participation au salon Global industrie 2018 pour présenter le scanner Artec Ray qui capture en qualité métrologique et avec un bruit minimal, des objets volumineux.

Avec Bob, l’IA assure la maintenance prédictive

Les sociétés Cartesiam et Eolane collaborent pour le lancement de Bob, un assistant de maintenance intégrant une intelligence artificielle embarquée directement dans des capteurs. Cet assistant permet d’assurer la maintenance prédictive en milieu industriel de tous les équipements sensibles, en se basant sur les vibrations des machines.

Une touche de finesse dans le vissage automatisé

Le vissage reste le procédé le plus répandu pour réaliser un assemblage démontable et donc, accessoirement réparable. Nombre d’entreprises font encore réaliser ce travail à la main par des opérateurs ou des opératrices selon la taille et la fragilité des pièces en présence. Filiale du groupe Faulhaber, la société N-Gineric propose des visseuses de précision automatisables.

Sepro Group expose ses robots en Chine

Sepro Group, l’un des spécialistes mondiaux de robots destinés aux machines de moulage par injection et sa filiale Sepro China, ont exposé à Shanghai, trois robots lors du salon Chinaplas 2018, le plus grand rendez-vous asiatique consacré aux plastiques et au caoutchouc.

Nos industries mécaniques se portent encore mieux

La Fédération des industries mécaniques annonce qu’en 2017, les industries mécaniques françaises ont enregistré un chiffre d’affaires de 127,8 milliards d’euros, soit une augmentation de 3,3 % par rapport à l’année 2016. En outre, cette croissance a connu une nette accélération au quatrième trimestre, engendrée principalement par les exportations.


A l’intérieur de l’Hexagone, le marché des industries mécaniques est toujours aussi dynamique puisque la demande intérieure a crû de 3,8 % en 2017.

Cent millions pour un campus de l’innovation

D’ici 2020, ABB fera construire un campus d’innovation et de formation ultramoderne dans la ville d’Eggelsberg à proximité de Salzbourg en Autriche, où se trouve le siège de la société B&R rachetée l’an passé. Le montant de l’investissement qui est de 100 millions d’euros, est à la hauteur des promesses portées par la quatrième révolution industrielle en termes de croissance.

Cybersécurité : Siemens choisit le français Sentryo

Au terme d’un accord passé entre la start-up française et le géant mondial, Sentryo va fournir sa technologie d’audit et de détection d’anomalies sur les réseaux Ethernet déterministes à Siemens, pour relever les défis que pose la cybersécurité des infrastructures industrielles.

Le CEA et le groupe Siemens créent le MindSphere Center

Les deux partenaires ont choisi de créer un centre de recherche et de développement dédié au numérique et à la data intelligence sur le campus de Paris-Saclay. Ils travailleront à développer un écosystème de partenaires et de start-up autour de la plateforme IoT ouverte MindSphere de Siemens en incluant la cybersécurité.

Les Français et l’Industrie du Futur

Dès la création de l’Observatoire Industrie, né dans le sillage du salon éponyme, la presque totalité des industriels interrogés – 96 % – affirmaient qu’il est important que l’industrie en France ait une bonne image. Pour la première édition du Global Industrie, ses organisateurs ont commandité le premier baromètre d’opinion des Français sur leur industrie…

Un grand bol d’air…

Il y a peu d’objets qui fasse autant rêver que la voiture, un produit dont l’aventure industrielle a débuté il y a plus d’un siècle avec notamment, la production en grande série, de la Ford T. Au début du 20e siècle bien sûr, les véhicules qui sortaient des usines, étaient entièrement assemblés à la main. Quelques décennies plus tard, des batteries de robots exécutant leur partition sous la baguette d’un système de contrôle industriel, ont permis d’augmenter les cadences au point que la voiture est devenue

Schneider Electric s’offre une vitrine de L’industrie du futur

Dans un monde connaissant un basculement numérique accéléré, l’Industrie du Futur représente un avantage compétitif pour chaque entreprise et chaque territoire qui s’en saisit. Il reste que ce modèle théorique doit prendre corps dans le monde réel. C’est précisément le chantier auquel s’est attelé Schneider Electric dans son usine du Vaudreuil qui tire désormais parti de toutes les technologies de pointe commercialisée par le groupe.

What-is-What digitalise le bloc-notes

Une entreprise industrielle plus flexible implique que certaines informations doivent circuler plus vite et plus largement entre les individus sans nécessairement suivre les canaux traditionnellement établis entre les services auxquels ils appartiennent. A cette fin, la jeune entreprise française, The WiW propose une plateforme collaborative gravitant autour d’une base de données objet. Portrait !

Bernay automation développe lE dévracage digital

a l’entrée d’une ligne de production automatisée, il est commun de positionner des pièces pour permettre leur assemblage. effectuée manuellement, cette opération est l’une des plus harassantes et des plus inintéressantes qui soit… Des briques technologiques mariant la robotique à la vision industrielle permettent de créer des systèmes de dévracage flexibles qui devraient séduire les industriels dans nombre de secteurs.

L’évènement qui augure de notre avenir Industriel

Fin mars, pour la première fois en France, s’est tenu le salon Global Industrie, un événement qui a rassemblé l’ensemble des savoir-faire en sous-traitance industrielle, les grands acteurs de l’industrie connectée, collaborative et efficiente, le monde des technologies et équipements de production ainsi que, celui des métiers et de l’innovation dans le secteur de la tôlerie. Réussite sur toute la ligne…

Maquage 3D, Keyence passe à L’ultraviolet

Qu’il s’agisse d’un numéro de lot, d’une date de fabrication, d’une limite de consommation, d’un logo ou encore d’autres informations concernant une pièce ou un produit, les marquages doivent être de qualité et lisibles. Keyence réalise une première mondiale avec un laser ultraviolet pour déposer des inscriptions durables en 3D.

Des commutateurs PAR MOXA pour caméras IP

moxa lance une série de commutateurs au standard power over ethernet, capables de délivrer jusqu’à 60 W par port de communication pour véhiculer au travers du réseau à la fois les données et l’énergie électrique. cette sortie de puissance est conçue pour alimenter les caméras IP installées dans des environnements difficiles.

Artec 3D lance le Scanner Artec Ray

Développeur de logiciels et fabricant de numériseurs professionnels, l’entreprise luxembourgeoise Artec 3D a profité de sa participation au salon Global industrie 2018 pour présenter le scanner Artec Ray qui capture en qualité métrologique et avec un bruit minimal, des objets volumineux.

Avec BOB, l’IA ASSure lA maintenance prédictive

Les sociétés Cartesiam et Eolane collaborent pour le lancement de Bob, un assistant de maintenance intégrant une intelligence artificielle embarquée directement dans des capteurs. Cet assistant permet d’assurer la maintenance prédictive en milieu industriel de tous les équipements sensibles, en se basant sur les vibrations des machines.

Une touche de finesse dans le vissage automatisé

Le vissage reste le procédé le plus répandu pour réaliser un assemblage démontable et donc, accessoirement réparable. Nombre d’entreprises font encore réaliser ce travail à la main par des opérateurs ou des opératrices selon la taille et la fragilité des pièces en présence. Filiale du groupe Faulhaber, la société N-Gineric propose des visseuses de précision automatisables.

Sepro Group expose ses robots en Chine

sepro Group, l’un des spécialistes mondiaux de robots destinés aux machines de moulage par injection et sa filiale Sepro China, ont exposé à Shanghai, trois robots lors du salon Chinaplas 2018, le plus grand rendez-vous asiatique consacré aux plastiques et au caoutchouc.

nos industries mécaniques se portent encore mieux

La Fédération des industries mécaniques annonce qu’en 2017, les industries mécaniques françaises ont enregistré un chiffre d’affaires de 127,8 milliards d’euros, soit une augmentation de 3,3 % par rapport à l’année 2016. en outre, cette croissance a connu une nette accélération au quatrième trimestre, engendrée principalement par les exportations.

Cent millIons pour un campus de l’innovation

D’ici 2020, ABB fera construire un campus d’innovation et de formation ultramoderne dans la ville d’eggelsberg à proximité de salzbourg en Autriche, où se trouve le siège de la société B&r rachetée l’an passé. le montant de l’investissement qui est de 100 millions d’euros, est à la hauteur des promesses portées par la quatrième révolution industrielle en termes de croissance.

Syndiquer le contenu