Economie

Les outils de conception d’usines et d’infrastructures restent solides

Qu’il s’agisse de logiciels de conception, de gestion de projets et de
construction, ou d’application de gestion de la maintenance, les outils informatiques
utilisés dans le cadre de projets neufs ou de retrofits de construction
d’usines et d’infrastructures diverses ont représenté un marché de
3,36
milliards de dollars en 2014 et devrait atteindre 4,814 milliards d’ici à 2019,
soit une progression annuelle moyenne de 7,5%.

 

Dans sa dernière étude
intitulée « Engineering tools for plant design & infrastructure global
market research study », ARC Advisory Group scinde le marché global des
outils de conception des grands ensembles en deux : les infrastructures
(utilités, bâtiments, construction, transport…) d’une part, et les installations
de process, maritimes et de génération d’énergie d’autre part. Ces projets
peuvent porter aussi bien sur la création de nouvelles installations ou sur la
modification d’équipements. Cette étude se focalise sur les outils de
conception et d’ingénierie et les services associés. Elle prend ainsi en compte
des packages de solutions comme les solutions de conception 2D et 3D, les
outils d’analyse, les outils d’ingénierie collaborative et les solutions de
gestion des installations, fournies notamment par des acteurs tels qu’Autodesk,
Bentley, Intergraph, Aveva, Siemens…

 

Des marchés différents mais similaires

Les usines et les
infrastructures connaissent des évolutions différentes, mais on observe
également certaines interdépendances entre les deux domaines et des similarités
en termes d’évolution. Pour la partie « infrastructure » en
particulier, le haut niveau d’activité du secteur est le résultat d’une demande
constante de création de nouvelles infrastructures  dans les régions en développement (Chine,
Inde, Indonésie, Vietnam, Birmanie…) où la construction d’usines nécessite
celle préalable d’infrastructures de base, mais aussi des besoins de mise à
niveau des installations existantes dans les pays plus développés où quantité
d’infrastructures sont proches de leur fin de vie. L’activité est tirée par le
secteur de l’énergie, à commencer par le pétrolier (surtout en Amérique du Nord
avec le gaz et pétrole de schiste) et la production d’électricité.

 

De la conception à l’exploitation

Côté technique, les
outils de d’ingénierie étaient avant tout destinés aux acteurs de la conception
des installations, mais mutent peu à peu vers des solutions plus collaboratives
permettant aux exploitants d’assurer la gestion de leurs installations tout au
long de leur cycle de vie. Ces solutions passent alors du monde strict des EDT
(engineering & design tools, outils d’ingénierie et de conception) à celui
de l’ALM (Asset lifecycle management, gestion du cycle de vie des équipements).
Ces applications sont ainsi de plus en plus utilisées dans le cadre de la
remise à niveau des équipements et de leur maintenance. Les éditeurs de
solutions se focalisent aussi sur le développement de plateformes unifiées offrant
une source unique de données à tous les acteurs des projets et aux exploitants.

Selon ARC, ces applications profiteront à l’avenir du
cloud computing (même si certains restent réticents pour des raisons de
sécurité), du big data analytics, des équipements connectés et plus
généralement de l’Internet des objets. Elles bénéficient également de
technologies nouvelles comme les appareils mobiles, les techniques de
numérisation par laser, les systèmes d’information géographiques ou encore les
environnements virtuels 3D, qui leur confèrent de nouvelles fonctionnalités
inédites.

J101-p_6-ARC

Ces articles peuvent vous intéresser :

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.