Informatique-Industrielle Sécurité

Schneider Electric et Thales protègent les OIV

Les deux sociétés viennent de
sceller un accord de coopération dans les solutions de cybersécurité des
systèmes de contrôle-commande des opérateurs d’importance vitale.

 

La prochaine loi de programme militaire, qui vient d’être votée au
Sénat et passera au parlement très bientôt à l’Assemblée, comporte un volet
important sur la cybersécurité des installations militaires, mais aussi pour
les opérateurs d’importance vitale (OIV), ces organismes publiques et privés
dont le maintien en activité en cas d’attaque est nécessaire au fonctionnement
du pays. Ce sont ainsi près de 250 organismes publics et privés (dans les
transports, le traitement de l’eau, les hôpitaux, les banques, entre autres)
qui devront évaluer la vulnérabilité de leurs installations et les mettre à
l’abri d’une cyberattaque.

Afin
de les aider dans cette tâche, Thales et Schneider Electric ont signé début
octobre un accord de coopération portant sur la commercialisation de solutions
et services de cyber sécurité des systèmes de contrôle-commande. Le périmètre
technologique de cet accord est large, puisqu’il concerne les
contrôle-commandes des installations industrielles, mais aussi ceux des
installations électriques qui alimentent ces process, le management des
datacenters et la gestion technique des bâtiments des OIV. Globalement,
« Thales apporte son expertise d’analyse de risques et d’audits de
sécurité d’ensemble des architectures IT et OT du client, Schneider Electric,
par ses solutions et ses services, réalise les mesures correctives matériels et
logiciels sur ses équipements.  En outre, Thales par son expérience
d’opérateur de confiance dans le domaine de la cybersécurité assurera en
particulier un point de vue objectif nécessaire à ce genre de démarche », note
Etienne Semichon, directeur grands comptes Défense & Sécurité de Schneider
Electric.

Pas de plaquette ni d’offre packagée en vue pour cette offre
commerciale conjointe qui ne vise que des grands comptes, la solution sera
adaptée à chaque client. « Nous proposerons aux entreprises une offre de
services « cousu-main » au cas par cas », explique-t-il. Ensuite,
l’expertise acquise au travers de cette offre est destinée à aller plus loin. «
Les OIV constituent une priorité puisqu’ils seront soumis à une obligation
réglementaire. Ultérieurement, notre offre pourra être proposée au-delà des
OIV », assure Etienne Semichon.

j91_pp15

Ces articles peuvent vous intéresser :