Réseaux

TSN et OPC UA, le couplé gagnant des réseaux industriels

les réseaux industriels se sont
construits au gré de
développements « propriétaire »
qui ont donné naissance à plusieurs
standards de fait qui sont pour
l’essentiel irréconciliables sur le
terrain. de la même manière
qu’Ethernet a permis d’unifier les
ressources partagées au niveau it,
un standard doit impérativement
émerger pour rendre l’industrie 4.0
interopérable. point de vue !

de plus en plus d’entreprises spécialisées dans l’automatisation, pour la plupart regroupées dans
l’Industrial Ethernet Consortium (IIC)
poussent à la normalisation des réseaux de
communication temps réel dans l’Industrie
4.0. Le futur standard Ethernet TSN sur lequel
planche le groupe de travail 802.1 de l’IEEE,
constitue le socle de cette démarche.
Reste que les applications industrielles
requièrent aussi qu’une pile de protocoles
logiciels permettent la mise en relation des
machines aux termes de procédures
sécurisées tant du point de vue matériel que
sur le plan logique. B&R voit dans le mariage
entre la pile de protocoles OPC UA et le
futur standard, la solution en mesure
d’uniformiser la communication notamment, dans les applications de l’Internet industriel
des objets (IIoT).

Sebastian Sachse, Technology Manager Open
Automation chez B&R explique quelques-uns
des avantages de l’effort de standardisation
internationale qui ne peut que profiter à
l’industrie mondiale.

Une pile de
protocoles comme
opc UA peut-elle
réellement satisfaire
toutes les Attentes ?

« OPC UA répond à un des plus grands défis
que posent les concepts de production
modernes. Quel que soit le terme utilisé pour
les désigner, Industrie 4.0, Industrial IIoT ou
usine intelligente, les systèmes de fabrication
de demain ne verront le jour que si tous les
éléments constituant l’équipement de
production peuvent communiquer via un
réseau uniforme. La convergence des
technologies informatiques et opératives
assurera le niveau de transparence requis
pour les applications IIoT. »

" Prenons le cas d’une usine où coexistent
des machines de différents fabricants
utilisant chacune leur propre contrôleur ainsi
que des bus de terrain ou des Ethernet
Industriels différents. Même si ces machines
sont indépendantes les unes des autres,
cette hétérogénéité se traduit par une
maintenance et une mise en service plus longues."

« A l’inverse, OPC UA est un standard
indépendant et reconnu établissant un pont
entre les mondes de la production et de l’IT.
De plus, il offre nativement des fonctions
permettant des transferts de données fiables
et sécurisés. Enfin, il présente une
caractéristique déterminante : OPC UA ne
transmet pas que des données mais aussi
des informations. De plus, OPC UA comprend
aussi des méthodes permettant à des
machines ou composants de déclencher des
fonctions dans d’autres machines ou
composants. La mise en œuvre de l’usine
connectée devient ainsi bien plus simple. »

Peut-on d’ores et
déjà considérer qUe
cette solution est
opérationnelle ?

« Dans sa forme actuelle, OPC UA est rapide,
mais ni déterministe, ni cyclique comme
l’exigent les applications d’automatisation.
Néanmoins, cela va bientôt changer. B&R et
d’autres fabricants d’automatismes
travaillent actuellement à l’élaboration d’un
modèle permettant aux développeurs de
définir un intervalle de temps fixe dans
lequel les échanges de données doivent
s’effectuer. De plus, OPC UA sera bientôt
basé sur Ethernet TSN : une extension de la
norme Ethernet IEEE 802.1 fournissant
diverses fonctions temps réel autorisant les
transferts de données déterministes, même
sur des réseaux étendus. »

j112-tns-et-opc-p10-11

Ces articles peuvent vous intéresser :

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.